L’égocentrisme

Qu’est-ce que l’Ego ?

L’égo possède à l’heure actuelle quatre définitions :

-D’un point de vue philosophique, il est l’équivalent de la conscience.

-En psychologie, il est le fondement de notre personnalité.

-La majorité des religions le considèrent comme une entrave au développement personnel. Une fausse personnalité derrière laquelle est cachée notre vraie nature.

Le sens courant de ce mot est : « la représentation et la conscience que l’on a de soi-même » Et c’est cette définition qui nous intéresse particulièrement. Dans la vie de tous les jours, l’égo est perçu comme un animal affamé de reconnaissance sociale et blessé à la moindre vexation.

L’égocentrisme.

Selon Wikipédia , «  l’égocentrisme ne consiste pas à s’aimer plus que les autres (ce qui est naturel) mais plutôt à aimer le regard des autres sans s’aimer véritablement. L’égocentrique ne s’aime pas tel qu’il est mais tel qu’il paraît aux autres, il pense être la seule cause du bonheur ou du malheur des autres, il peut se prendre pour le sauveur, le tyran ou le martyr de ceux qui l’entourent ».

Egocentrisme VS Estime de soi: le principe des vases communiquant.  L’ego est inversement proportionnel à la confiance en soi. Tout simplement parce que quelqu’un qui a confiance en lui n’éprouve pas le besoin d’avoir des preuves extérieures de sa valeur. Il n’a pas besoin qu’on lui répète ses qualités puisse qu’il les connait. Il ne compte pas sur son pouvoir d’attraction sur le sexe opposé pour « se rassurer ». Se rassurer… De quoi au juste ? De sa valeur. Avoir de l’égo c’est chercher perpétuellement des preuves de sa valeur… dans le regard des autres.

Pourquoi l’égocentrisme est-il  est un poison ?

Pour comprendre, je vous propose d’analyser cet exemple :

Rémi raconte sa PIRE  mauvaise décision prise à cause de son égo :

Je sortais depuis quatre mois avec mon ex petite amie. Et je savais d’ores et déjà que l’on ne se convenait pas. Nous étions trop différents et elle était plus jeune que moi.

Mais elle m’a quitté avant que je n’ai le temps de le faire. Et je me suis senti ébranlé. Alors je me suis mis en tête de la récupérer. Je savais très bien que notre couple n’était pas viable mais je n’avais pas envie d’être « celui qui se fait plaquer ». J’ai donc tout fait pour la reconquérir et… Elle est revenue vers moi.

Et je me suis retrouvé dans la même relation, avec la même fille que je n’aimais pas… Et qui m’a traité de tous les noms quand je l’ai quitté à mon tour…

 

Si l’on décortique ce témoignage, les conclusions suivantes s’offrent à nous :

Rémi n’a pas confiance en lui : Si c’était le cas, il comprendrait que cette rupture ne remettait pas en cause sa valeur. Il n’en était pas amoureux et avait conscience du problème. Son comportement était donc uniquement dû à un désir de « réparer »  la blessure de son égo.

  • L’ego amène à de mauvaises décisions : L’ex de Rémi l’a quitté par pur bon sens. Leur couple n’avait pas de raison d’être. Mais Rémi a préféré raviver une flamme inutile et faire souffrir cette fille que de respecter son (bon) choix.  Parce que la perspective que sa petite amie détourne son attention de lui l’a rendu terriblement malheureux. Il  a préféré revivre une relation de couple malheureuse plutôt que de perdre l’intérêt de sa copine.
  • L’égo se nourrit de l’approbation des autres : Là en l’occurrence, le fait d’avoir été « choisi » par quelqu’un flattait l’égo de Rémi. Mais on a tous un jour, manqué de confiance en soi au point d’aller récolter des compliments là où l’on était sûr d’en trouver.  Dans ce cas-ci, il s’agissait d’une petite amie, mais n’avons-nous pas tous eu, un jour, un remonteur d’égo officiel ? Une personne dont on savait pertinemment qu’elle n’est pas objective, et à qui nous nous adressons quand une mauvaise nouvelle ébranle notre confiance en nous ? Le souci : S’entourer exclusivement de fans, et pas d’amis (plus objectifs) ne permet pas d’avancer ni de s’améliorer.
  • L’égo empêche le développement personnel : Car on n’entend pas les critiques constructives.  La seule idée d’avoir des défauts perceptibles de l’extérieur nous hante. Alors la moindre remarque est accueillie de façon agressive.

Comment calmer son égo ?

  • Avoir de vraies raisons d’être fier de soi : Je ne le répéterais jamais assez : La clé de la confiance en soi, c’est l’action. Alors n’hésitez pas à vous lancer des défis et à tenir bon. Si vos actes vous prouvent qui vous êtes, vous ne ressentirez pas le besoin de le prouver aux autres.
  • Se faire des compliments là où personne ne vous les fait : Petit exercice pratique. Prenez une feuille de papier. Faites la liste de toutes les choses dont vous êtes fier.  Puis notez-y les qualités que ces actions prouvent.  Relisez-là dès que vous  vous sentez en manque de reconnaissance. Le but du jeu est d’intégrer votre valeur pour ne plus demander aux autres de vous la répéter.
  • Posez-vous les bonnes questions lorsque vous cherchez l’approbation de quelqu’un : Une fille vous plait et vous cherchez à paraître sous votre meilleur jour ? Très bien. Mais qu’en est-il des autres ?  Pourquoi vous lancer dans des opérations-séduction face à des gens qui n’ont rien à vous apporter ? Pourquoi créer une attirance chez des filles dont vous ne voulez rien ?

Régler une fois pour toute ces dysfonctionnements internes pour enfin se laisser tranquille : Je dis souvent que quelqu’un qui regarde son nombril y trouve plein de questions. Trouver des réponses à  ces questions prend du temps, mais permet ensuite de passer à autre chose. Quand on a assimilé sa personnalité, appris à se connaitre, digéré nos névroses, et bien, l’on s’intéresse moins. Et on a à nouveau l’esprit disponible pour le reste du monde…

                                                           

Réagissez !

* Required